Présentation des thématiques antérieures

Les deux axes de recherches principaux, assortis de deux thématiques, de l' équipe E2 « Emotion-Cognition-Comportement » se déclinent comme suit:



Axe relations entre cognitions-affects-comportement

L’influence des variables comportementales (motrice) sur les processus affectifs et cognitifs associés au jugement et les variables de personnalité traduisant des relations entre des composantes émotionnelles et cognitives relatives à des tendances à l’action (en terme de cohérence des conduites).

Thématique 1: Influence des activations comportementales et motrices de l'approche-évitement sur les émotions et les cognitions

Ces travaux s’inscrivent dans le cadre des théories de l’incarnation des cognitions et des émotions pour lesquelles les expériences corporelles au sens large (dans leurs expressions sensorielles, perceptives, comportementales et motrices) sont de nature à influencer les jugements affectifs, et les fonctionnements cognitifs. Dans ce cadre, ils ont démontré que les expériences motrices relatives à l’approche et à l’évitement (action de flexion/extension et latéralisation des processus motivationnels) peuvent se combiner entre elles. Plus précisément les évaluations sont positives lorsque deux activations comportementales sollicitent le même système affectivo-motivationnel (flexion droite comme une co –activation approche/ approche ou une extension gauche comme une co-activation évitement/évitement), alors que les évaluations apparaissent négatives lorsque deux activations comportementales s’opposent au niveau des systèmes motivationnels valencés (flexion gauche comme une co –activation approche/ évitement ou une extension droite comme une co-activation évitement/approche). Une hypothèse de congruence motrice a été développée ; cet effet a été démontré dans le domaine de la flexibilité cognitive. Ces travaux ont également été développés non pas seulement, sur des réponses affectives et des opérations cognitives, mais aussi sur des variables perceptives identifiant des activations hémisphériques latéralisés (Bisection Line Test) afin d’identifier les mécanismes neuro-comportementaux et psychologiques associés à l’effet de congruence motrice.

Thématique 2 : Etude des constances personnelles dans les interactions entre les composantes affectives, cognitives et les comportements

Deux lignes de recherches ont été suivies par l 'équipe E2, ayant comme point commun la personnalité mais distinctes dans leurs perspectives et leurs objectifs ont été poursuivies en coopération dans le cadre de projets internationaux. La première ligne de recherche explore (et établit) le caractère « universel » du modèle de personnalité à cinq facteurs.  Ces recherches explorent cette « universalité » à des âges différents et en utilisant des méthodes différentes (autoévaluations, évaluations par des informants). Elles ont abouti à des avancées majeures dans ce champ. La deuxième ligne de recherche vise à explorer et à établir le rôle de la personnalité (dire "normale") sur un ensemble de psychopathologies (Dépression, Troubles de la nutrition, Troubles de la personnalité). Les résultats de cette équipe ont eu un impact direct et déterminant sur les modifications du DSM-IV vers le DSM-V (à paraître en 2013). Elles se sont avérées déterminantes dans ces changements qui auront un impact décisif sur : la conception, l’évaluation, et le traitement des troubles de la personnalité. Ces recherches pourront servir de support aux études portant d'une part sur les déterminants personnels de la pratique d'activités physiques et d'autre part sur les relations entre activité physique et dépression.
 
Les travaux de cette thématique s'inscrivent aussi dans une approche dimensionnelle afin de comprendre les comportements à risque pour la santé (sédentarité ou conduites excessives). Dans le cadre des conduites excessives, elle a montré qu'il n'existe pas de profil de personnalité de personnes dépendantes à l'exercice physique, et mis en évidence le rôle de la dimension ouverture et névrosisme (vs stabilité émotionnelle) Ainsi, ces travaux sur les dépendances comportementales met en évidence la présence d'affect négatif  (dépression, anxiété) quelque soit l'objet considéré. Les personnes à risque de dépendance ou dépendant possèdent des distorsions cognitives (biais d'interprétation, attentes).



Axe Etude des indices sociaux sur les productions socio-cognitives motivationnelles et comportementales

Les relations entre cognitions sociales, motivations et comportements : L’influence des stimuli sociaux sur les conduites dans leurs composantes cognitives, motivationnelles et comportementales. Les stéréotypes dans le domaine de la motricité (e.g., sexués, liés au vieillissement) sont considérés comme une voie d’entrée privilégiée pour identifier les processus par lesquels les stimuli sociaux affectent l’individu. Les principales connaissances développées au sein de l’équipe portent sur l’influence des stéréotypes sur le jugement social d’une part, les motivations et les comportements d’autre part.

Thématique 1: Contextes menaçants, Motivations  d'approche-évitement et comportements

Ces travaux s’inscrivent dans une approche situationnelle en s’intéressant aux réactions des individus en présence de stimuli menaçants, comme les stéréotypes (cadre théorique de la menace du stéréotype) ou les couleurs. L’objectif est d’identifier le rôle de la motivation à l’évitement et des perceptions de soi dans la relation entre stimuli menaçants et comportements. D’une part, il a été démontré que l’activation de stéréotypes conduit l’individu à adopter un but d’évitement d’un mauvais résultat. Ce but engendre un état physiologique de menace (i.e., stress négatif) qui perturbe la performance. D’autre part, un effet d’interaction a été montré entre un contexte d’évitement ou d’approche et les stéréotypes : un effet de congruence est notamment observé lorsqu’une tâche présentée comme visant à identifier les moins bons participants (contexte d’évitement) est couplée à un stéréotype négatif. Cet effet de congruence se traduit par une amélioration de la performance.
 

Thématique 2: Automatisme, cognitions sociales et comportement

Ces travaux se situent dans l’approche de la cognition sociale. Ils ont permis de mieux identifier le contenu des stéréotypes de genre dans le domaine moteur, en montrant l’existence d’une association automatique forte entre sport et masculinité, et de valeurs sociales différentes associées au masculin (utilité sociale) et au féminin (désirabilité sociale). Ces travaux ont également mis en évidence certaines conditions d’influence des stéréotypes sur les jugements de performance et d’agressivité, telles que l’objectivité de l’échelle d’évaluation ou le niveau de compétition, et le sentiment d’identification/appartenance (i.e., cohésion) au groupe sportif de référence.
 

Mis à jour le 25 mars 2013